Bienvenue, sur le site du groupe Goodman. Rechercher un pays

Regard sur l'avenir du secteur de la distribution

donderdag 11 juli 2019

Le monde logistique s'apprête à vivre une transformation profonde. Un rapport récent de Cushman & Wakefield sur l'avenir du secteur expose les problèmes et se penche sur les opportunités qui se profilent à l'horizon.

 

 

Le secteur de la distribution subit une forte pression. À une époque où l'impact sur l'environnement est évalué de manière critique, les entreprises de transport savent ce qu'il leur reste à faire : diminuer les émissions de CO2 de leurs camions et réduire au maximum leur empreinte écologique. Mais cette transition vers des moyens de transport verts et une chaîne d'approvisionnement respectueuse de l'environnement s'accompagnera encore provisoirement de coûts élevés. Les choses évoluent donc lentement.

 

Les entreprises qui n'ont pas l'intention de procéder dans l'immédiat à une transformation verte devront également faire face à des coûts en hausse. Principaux facteurs responsables de ces augmentations : le prix du pétrole et la multiplication des routes à péage afin de lutter contre les embouteillages structurels. Eurostat prédit que les frais opérationnels des sociétés de transport seront 40 % plus élevés qu'aujourd'hui en 2030 et 80 % plus élevés en 2050.

 

Volumes toujours plus importants

 

Qui plus est, le volume du transport de marchandises continuera d'augmenter sous l'impulsion de l'e-commerce, un marché en pleine croissance. Actuellement, environ 75 % du transport de fret dans l'UE passe par la route. Ces énormes quantités provoquent de gigantesques embouteillages sur les autoroutes européennes, à la grande frustration du secteur du transport. Selon une enquête récente du bureau d'étude info-trafic Inrix, les dix plus grands nœuds de circulation en Europe seront responsables en 2025 d'un coût économique total de plus de 200 milliards d'euros. Il ne semble pas y avoir de solution dans l'immédiat, bien au contraire. Car malgré la recherche de moyens de transport alternatifs, on s'attend à ce que le volume du transport de marchandises augmente d'environ 180 % en 2050, par rapport à 2010. Il passerait donc quasiment du simple au triple.

 

Quelles sont les alternatives au transport routier classique ? Cela fait des décennies que le monde de la distribution cherche des moyens de contourner les embouteillages par le biais du transport combiné, mais les connexions avec les routes fluviales et ferroviaires européennes restent difficiles. La croissance de l'e-commerce ne fait rien pour améliorer la situation : pour ceux qui veulent que leur commande arrive le lendemain, le transport routier est en effet incontournable.

 

Solutions technologiques

 

Le secteur du transport a clairement besoin de solutions vertes pour assurer sa viabilité, mais aussi celle des villes européennes. Remplacer les camions roulant au diesel par des véhicules électriques paraît une étape logique, mais c'est plus facile à dire qu'à faire. En raison des coûts élevés et de l'autonomie relativement courte des batteries combinée aux infrastructures de recharge encore limitées, la plupart des sociétés de transport restent en retrait. Le développement des camions électriques est mené par les grands constructeurs de camions tels que Daimler et Volvo à travers des projets ambitieux et de gros investissements, mais la présence de ces véhicules sur nos routes européennes restera plutôt limitée les premières années.

 

Heureusement, l'innovation dans le secteur de la distribution va beaucoup plus loin que la mise en place d'un parc automobile vert. L'arrivée des big data et des technologies IdO permet aux entreprises de connecter les différents maillons de leur chaîne d'approvisionnement, avec à la clé une plus grande productivité et d'importantes économies. Parmi les autres opportunités prometteuses, on retrouve l'utilisation de l'intelligence artificielle [PVdB2] au niveau de la planification et du contrôle des marchandises et l'introduction de véhicules autonomes, tant sur l'eau que sur les routes. Les véhicules sans chauffeur peuvent être synonymes de grande efficacité, mais ils doivent faire face à une législation stricte et à des phases de test très approfondies.

 

Développement de nouvelles « bananes »

 

Ces dernières années, de nouveaux couloirs logistiques sont apparus dans toute l'Europe occidentale, à l'image de la « banane bleue » classique qui s'étend du Benelux au Nord de l'Italie. Bien que certaines de ces nouvelles bananes en soient encore à leurs débuts, la carte logistique de l'Europe est lentement mais sûrement en train d'être redessinée. Un rôle important semble être réservé aux axes durables combinant le transport routier, ferroviaire et fluvial. Si ces couloirs se profilent encore davantage au cours des prochaines années comme une alternative à part entière efficace aux axes autoroutiers traditionnels, ils peuvent devenir une source d'inspiration pour l'ensemble du secteur de la distribution.

 

Car il n'y a aucun doute que la situation doit changer. Les solutions durables aux problèmes du secteur du transport ne sont pas simplement les bienvenues, elles sont essentielles. Il est donc temps que tout le secteur passe à la vitesse supérieure.